TÉLÉCHARGER SAVANTS MAUDITS CHERCHEURS EXCLUS


Pierre Lance - Savants maudits, chercheurs exclus (PDF). Paul Kammerer - Biologiste autrichien, prouva l'hérédité des caractères acquis, Son recueil de. Télécharger «Savants maudits, Chercheurs excluts» (PDF). Aller plus loin: Pierre Lance, "Savants maudits, Chercheurs exclus" (Docu+article) [VF]. il y a 1 jour Vous pouvez télécharger n'importe quel livre comme Savants maudits, Chercheurs exclus: Tome 1, Un réquisitoire implacable contre la.

Nom: SAVANTS MAUDITS CHERCHEURS EXCLUS
Format:Fichier D’archive
Version:Dernière
Licence:Usage personnel seulement (acheter plus tard!)
Système d’exploitation: MacOS. Android. iOS. Windows XP/7/10.
Taille:21.15 Megabytes

TÉLÉCHARGER SAVANTS MAUDITS CHERCHEURS EXCLUS

Javascript doit être activé dans votre navigateur pour utiliser toutes les fonctionnalités de ce site. Mais des créatures fantastiques menacent le monde des humains et elle est l'une des seules femmes qui peut les combattre Féministe et rebelle, Lady Helen ne nous laisse pas indifférente! Apparemment, javascript est désactivé sur votre navigateur. OK Accès à : decitrepro. Nos librairies.

Sans se soucier de cette radiation, il continua de soigner de nombreux patients.

commentaires

Paul Thpenier, ingnieur des arts et mtiers, spcialiste des exploitations ptrolires, qui dcouvrit avant la guerre de le moyen de soigner avec succs la tuberculose et le cancer grce des moisissures de ptrole. Encourag par un professeur de mdecine, il put effectuer en milieu hospitalier des essais russis.

Mais toutes ses communications l'Acadmie de mdecine furent ignores et sa dcouverte fut nglige. Pierre Delbet, grand patron chirurgien, membre des Acadmies de mdecine et de chirurgie, qui dcouvrit durant la guerre de l'effet rgnrateur et anticancreux du chlorure de magnsium. Il prouva la validit de cette thrapie par de nombreuses expriences ainsi que par des cartes gographiques faisant apparatre la bien moindre frquence du cancer dans les rgions riches en magnsium, mais il ne parvint jamais persuader ses confrres de proposer une politique prventive du cancer.

Voir aussi

Auguste Lumire, co-inventeur du cinma, qui consacra la seconde partie de sa vie des recherches mdicales trs pousses et couronnes de succs, notamment contre la tuberculose. Auteur de plus de 20 ouvrages mdicaux, crateur de spcialits pharmaceutiques et d'une clinique lyonnaise rpute employant 15 mdecins et 30 collaborateurs, il ne put jamais faire reconnatre officiellement la valeur de ses travaux et son oeuvre tomba dans l'oubli.

Norbert Duffaut, chimiste qui dcouvrit en le silicium organique et ses vertus thrapeutiques et rgnratrices. Il put apporter, au cours d'essais hospitaliers, la preuve de son efficacit contre le cancer et les maladies cardio-vasculaires.

Malgr des succs spectaculaires et des demandes ritres, il ne russit jamais obtenir l'autorisation de mise sur le march de son DNR comme mdicament. Il expliqua leur effet par la transmission d'informations imprgnes, de surcrot enregistrables et transmissibles par Internet. Il subira toujours l'ostracisme des cnacles officiels jusqu' son dcs en Louis Kervran, biologiste qui dcouvrit dans les annes 60 la ralit des transmutations biologiques, c'est--dire la transformation des atomes l'intrieur des organismes vivants, analogue aux transmutations revendiques par les alchimistes mdivaux.

C'est ainsi que les poules qui ne trouvent pas de calcaire dans leur environnement picorent les parcelles de mica que leur corps transforme en calcaire pour difier les coquilles d'oeufs. Malgr les nombreuses preuves qu'il apporta de ce que l'on appela aprs lui la "fusion froide", le monde scientifique refuse encore de croire cette possibilit qui ouvrirait la science de larges horizons nergtiques et biologiques.

Cette offre de 3 pour 2 est valable pour les trois tomes rpartis votre gr : les trois tomes diffrents, ou deux du mme plus un autre, ou trois du mme. Aprs le succs rencontr par les deux premiers tomes de ce livre, Pierre Lance a rdig un troisime recueil de douze autres mini-biographies de scientifiques occults ou marginaliss par la caste des mandarins qui considre la science comme sa " chasse garde ". Ce qui porte donc trente-six le nombre de ces pionniers mconnus de toutes nationalits, galerie de portraits rvlant le malaise profond d'une civilisation sclrose qui se prive elle-mme des sources du renouveau.

Les personnalits de ce troisime volume sont :. Il cra en son premier appareil metteur usage thrapeutique, l'oscillateur ondes multiples, qui put gurir de nombreux cancreux.

La mdecine officielle refusa de reconnatre la valeur de l'appareil, malgr les multiples tmoignages de praticiens de tous pays qui l'utilisrent avec succs. Il fut le premier chercheur identifier et photographier au microscope le bacille de la tuberculose. Ayant refus de se plier aux exigences du dirigeant corrompu d'une grande association mdicale, il sera tran en justice et compltement ruin.

Malgr une reconnaissance tardive, il terminera sa vie dans une misre totale. Bien que soutenu par de nombreux ministres, mais contr par les dirigeants de la SNCF, son train performant ne sera jamais agr, malgr des cots d'installation et d'exploitation trs infrieurs ceux du TGV lanc ensuite.

Alexandre SALMANOFF - Prestigieux docteur russe diplm des Facults de Moscou, de Berlin et de Pavie qui fut charg durant la rvolution d'organiser la lutte contre la tuberculose et de rorganiser les stations thermales sur l'ensemble du territoire russe et devint le mdecin particulier de Lnine. Non communiste, il migra en France en , o il labora une mthode complte de mdecine naturelle que le corps mdical refusa d'examiner. Il migra en France en Il avait invent un carburant rvolutionnaire ininflammable froid et qui tait extrait des charbons et huiles lourdes.

Extrmement conomique et trois fois plus performant que l'essence, ce carburant ne parvint jamais tre agr et l'inventeur se heurta aux trusts ptroliers jusqu' la fin de sa vie. Ernest VILLEQUEZ - Professeur de mdecine franais, il dcouvrit le parasitisme latent du sang et inventa un test de dpistage du cancer permettant de dceler des micro tumeurs qu'aucune autre technique ne permet de dcouvrir.

Il se livra de longues tudes sur des patients en milieu protg, en l'occurrence au sein des confrries religieuses. Malgr une dmonstration rigoureuse et des confirmations multiples, il ne put faire admettre sa thorie par les mandarins, qui refusrent d'abandonner la psychologie une partie de leur " domaine rserv ".

Ryke Geerd HAMER - Mdecin allemand qui fit la mme dcouverte que Moirot, la suite d'un drame familial le meurtre de son fils qui dclencha un cancer chez lui et chez son pouse.

Il mit au point un traitement original appel " mdecine nouvelle " grce auquel il put gurir de nombreux malades. Mais il fut radi du corps mdical en Allemagne et en Autriche, puis poursuivi et condamn en France, o il est actuellement en prison. Il mit au point un traitement anticancreux efficace base de produits autoriss en Suisse. Poursuivi sur plainte de l'Ordre des mdecins, il fut emprisonn Nice.

Hans NIEPER - Mdecin allemand rput, il combattit toute sa vie le conformisme mdical et inventa des traitements originaux efficaces que le corps mdical continue d'ignorer.

Savants maudits chercheurs exclus- Tome IV eBook

Ses expriences ont dmontr que la mlodie spcifique d'une protine, si elle est amplifie et diffuse proximit immdiate d'un organisme, peut stimuler en lui la synthse de cette protine. C'est ainsi que la production d'un plant de tomate a pu tre multiplie par vingt.

Si cette technique tait applique, le problme de la faim dans le monde serait rsolu. Jean-Pierre PETIT - Physicien franais marginalis par la nomenklatura scientifique pour son originalit, drangeante dans de nombreux domaines, dont les futurs voyages spatiaux.

Seul spcialiste franais comptent en. L'Etat a essay d'exploiter ses travaux tout en l'cartant des expriences, ce qui a conduit l'chec. Sciences et technologies Science vues. Signaler comme contenu inapproprié. Titres liés. CancerCancer : une malade en rémission grâce au virus de la rougeole.

Revista Frncés-sentido Biológico de La Enfermedad. Passer à la page. Rechercher à l'intérieur du document. A l'exception de quelques paragraphes, le texte est tout fait indit et la destine de chacun de ses hros y a fait l'objet d'une nouvelle tude trs fouille qui plongera les lecteurs dans la stupfaction, mme ceux qui connaissent dj dans les grandes lignes les parcours de ces personnages hors du commun, qui sont : Paul Kammerer, biologiste autrichien, qui, en , prouva par des expriences sur les salamandres l'hrdit des caractres acquis.

Filipacchi, Dans les domaines de la sant et de l'alimentation, qui sont intimement lis, l'augmentation constante des cancers, leucmies, hpatites, allergies, etc Ou bien il figure intégralement dans le demi-panel qui est 20 transmis ou bien il n'y figure pas du tout. Mais s'il y figure, il n'est pas question qu'il soit dilué de moitié et le calcul de Fleeming Jenkins n'a plus aucune valeur. Un numéro sort ou ne sort pas, mais il ne peut pas sortir à moitié ou au quart.

Et bien entendu il peut sortir plusieurs fois de suite, toujours intègre et identique, au cours de tirages successifs. Mais ce que l'on oublie aussi, c'est que Mendel a tiré ses conclusions d'expériences limitées à des végétaux.

Et si l'on considère, avec Lamarck, que la volonté autonome de l'être vivant joue un grand rôle dans l'acquisition de nouveaux caractères transmissibles, on peut admettre que la fixité des gènes observée par Mendel découlait simplement du fait que ses expériences ne portaient que sur des végétaux. Cela ne signifie pas que l'HCA ne concerne pas les végétaux. Elle les concerne même certainement, mais se manifeste sans doute beaucoup plus lentement que dans les organismes animaux, ne pouvant donc s'observer que sur un très grand nombre de générations, un beaucoup plus grand nombre que celles qu'aurait pu observer Mendel au cours de sa vie, d'autant qu'il mourut à 62 ans.

Une ou deux fois par an, la femelle de Salamandra maculosa donne naissance à des larves dont le nombre varie entre dix et quinze, qu'elle dépose dans l'eau.

Ces larves sont des têtards munis de branchies qu'ils ne perdent avec leurs autres attributs de têtards qu'au bout de plusieurs 21 mois, pour se métamorphoser en salamandres. L'espèce alpine au contraire met bas en terrain sec deux petits seulement, qui sont déjà des salamandres bien formées, le stade larvaire s'achevant dans l'utérus. Essentiellement, l'expérience de Kammerer consista à élever des salamandres tachetées dans un climat artificiel alpin, froid et sec, et vice versa des salamandres alpines dans un climat de vallée chaude et humide.

La salamandre tachetée des plaines, transplantée dans un climat de montagne sans rivières pour y déposer sa portée, finit par donner naissance après plusieurs portées avortées à deux salamandres pleinement développées, comme le fait habituellement la salamandre alpine.

Quant à cette dernière, transplantée dans un climat chaud et humide, elle déposa ses petits dans l'eau; ces petits étaient des têtards qui, à la longue, naquirent de plus en plus nombreux. Tout cela constituait en soi un remarquable tour de force, comme l'admit Richard Goldschmidt. Il fallut pour cela plusieurs années, car les salamandres ne sont nubiles qu'à l'âge de quatre ans un peu plus tôt en captivité à vrai dire.

Toutes manifestaient, à des degrés variables, l'inversion artificiellement provoquée des manières de se reproduire.

Pourtant, non content de cette preuve éclatante, Kammerer continua jusqu'à la fin de sa vie de multiples expériences de confirmation, utilisant à nouveau des salamandres, mais aussi une espèce de lézards du nom de Lacertae, de crapauds nommés Alytes, puis le Protée, triton cavernicole aveugle dont il parvint à régénérer les yeux, ainsi qu'une ascidie primitive, Ciona intestinalis, habitant des fonds marins.

Toutes ces expériences exigèrent du chercheur des trésors de patience et d'obstination. Ainsi, sa seconde série d'expériences sur les salamandres tachetées ne lui demanda pas moins de onze années. Il montra que ces salamandres présentant des taches jaunes sur fond noir devenaient de plus en plus jaunes si elles étaient élevées sur un sol jaune, et de plus en plus noires lorsqu'elles grandissaient sur un sol noir et ces caractères adaptatifs acquis se transmettaient à leur descendance.

On se serait attendu à voir une foule de chercheurs s'engager fièvreusement dans la voie ainsi tracée. Il n'en fut rien.

Personne n'essaya sérieusement de confirmer ou de réfuter ces travaux. La cabale qui se déclencha contre Kammerer, l'accusant de tricherie et faisant tout pour le discréditer, ne reposa jamais sur la plus petite expérience contradictoire.

Les biologistes d'aujourd'hui continuent d'affirmer que Kammerer avait tort, mais pas un seul n'a tenté ni ne tente de refaire ses expériences. Au point qu'on est amené à se demander s'ils ne craignent pas d'être contraints de reconnaître qu'il avait raison. Et de fait : jugez de la honte qui pourrait s'abattre sur les trois ou quatre générations de néomendéliens qui ont affirmé péremptoirement que les caractères acquis étaient intransmissibles, si quelque trublion venait confirmer soudain les expériences de Kammerer.

Certes, cela surviendra tôt ou tard. Mais en attendant, chacun de ces messieurs doit se dire que si cela pouvait attendre qu'il soit à la retraite, voire au cimetière, il aurait échappé à l'averse de sarcasmes qu'il aurait mérités. Cependant il est une question qui taraude l'honnête homme: qu'est-ce qui a bien pu motiver cette adversité calomnieuse contre Kammerer, qui avait acquis une excellente réputation dans le monde scientifique?

En premier lieu, sans nul doute, la vanité de certains scientifiques, d'autant plus mortifiés par les découvertes de Kammerer qu'ils s'étaient eux-mêmes enferrés dans des expériences absurdes dont ils avaient cru pouvoir tirer des certitudes absolues. Il n'imagina rien de mieux que de couper la queue à vingt-deux générations successives de souris, pour montrer triomphalement qu'aucune souris de cette lignée n'était née sans queue.

Cet abruti bardé de diplômes n'avait même pas songé que la plupart des hommes se rasent les joues depuis deux ou trois millénaires soit de cent à cent cinquante générations et que leur barbe n'en continue pas moins de pousser.

Anti-lamarckien fanatique, il feignait d'oublier que Lamarck avait donné comme héritables génétiquement les caractères acquis en réponse à des nécessités d'adaptation au milieu et résultant d'une stratégie persévérante de survie. Arthur Koestler y démontrait notamment la fausseté des accusations de tricherie formulées contre Paul Kammerer. Que M. François Jacob continue de prêcher le dogme de la non-hérédité des caractères acquis, c'est là une manifestation légitime de son droit à l'erreur et à la libre expression de celle-ci.

A cette hypothèse de tricherie s'opposent la grossièreté du truquage, le risque permanent d'être découvert et, au point de vue psychologique, la transparente sincérité de Kammerer, dont témoignaient même ses adversaires. Personnellement, si je crois qu'il n'a pas commis cette faute, c'est en raison de l'opinion que je me suis formée du caractère de l'homme, autant qu'à cause du témoignage des faits. Ce n'est pas ce que je croyais en commençant cet essai. En lisant ce que les traités de biologie disent habituellement de Kammerer, personne ne croirait à son innocence.

Mais à mesure que s'ouvraient les archives et que se présentaient les témoignages oculaires des survivants du drame, il m'apparut que ces traités donnent de l'histoire des récits déformés, basés sur de lointains ouï-dire, et sans grand rapport avec les faits.

Je n'ai pas commencé dans l'intention de réhabiliter Paul Kammerer, mais j'ai fini par essayer de le faire. Il fut pendant sa vie la victime d'une campagne de diffamation organisée par les défenseurs de la nouvelle orthodoxie - situation qui se reproduit avec une affligeante monotonie dans l'histoire des sciences.

Ses adversaires refusèrent d'admettre que ses expériences apportaient au moins une donnée à vérifier, mais ne purent ou ne voulurent les refaire. Après sa mort, en de bien louches circonstances, ils se sentirent délivrés de toute obligation à cet égard. Et pourtant cette idée s'est révélée particulièrement difficile à détruire sic , non seulement dans l'esprit des profanes, mais aussi dans celui de certains biologistes.

Longtemps on a continué, et on continue encore?

L'hérédité des caractères acquis est restée un domaine de prédilection pour ceux qui cherchent à imposer leurs désirs à la réalité. C'est ce qu'illustre bien l'affaire Lyssenko, ainsi qu'une série de falsifications dont la plus fameuse a été décrite en détail par Arthur Koestler dans son roman sic L'Etreinte du Crapaud.

La règle du jeu en science, c'est de ne pas tricher. Ni avec les idées, ni avec les faits. C'est un engagement aussi bien logique que moral. Il assure sa propre défaite. Il se suicide. Une demande d'informations adressée par notre journal à l'ambassade d'Autriche, en juillet dernier, est restée sans réponse.

Malgré l'étendue point trop négligeable de mon vocabulaire, j'avoue ne pas trouver de termes assez forts pour qualifier 32 les procédés de M. Comment une personnalité aussi éminente avait-elle pu s'abaisser à ce point? Je rétorquai à mon ami que non seulement je ne voyais là aucune excuse, mais que j'y décelais au contraire, de la part d'un scientifique renommé, une désinvolture aussi coupable, sinon davantage, qu'un mensonge prémédité.

Ce sont là des pratiques détestables que je méprise absolument. Mais au moins le signataire doit-il endosser la responsabilité totale de ce qu'il paraphe. Au minimum, il devait vérifier. En l'occurrence, je suis porté à croire que Jacob a bien écrit son livre, mais que peut-être, en effet, il n'a pas lu lui-même le livre de Koestler.

Même dans ce cas, sa faute reste capitale. Elle témoigne d'un manque de rigueur intellectuelle. Qu'une personne capable d'une si coupable légèreté puisse occuper un poste de dirigeant à l'Institut Pasteur n'est pas sans signification, et c'est la raison pour laquelle j'ai voulu ici m'y attarder.

Elle découle généralement des qualités et défauts de son fondateur, qui lui a imprimé sa marque, et elle perdure au fil des ans bien après qu'il ait disparu. Or, de nombreux auteurs ont mis en cause la probité intellectuelle de Louis Pasteur. Dans la logique des choses et des êtres cette qualité pourrait encore ressurgir de nos jours au sein de l'Institut qu'il créa. Le plus souvent, les membres d'un corps social naissant se recrutent par cooptation, et qui s'assemble se ressemble.

Le biologiste se serait suicidé parce qu'il ne supportait pas la honte d'avoir vu sa supercherie démasquée. Mais outre qu'il nia toujours farouchement avoir triché en quoi que ce soit, et que rien n'était plus facile à ses accusateurs, s'ils se souciaient tellement de vérité, de venir vérifier toutes ses autres expériences, on ne voit pas pourquoi un chercheur passionné auquel la Russie offrait un grand laboratoire à Moscou pour continuer ses recherches, se serait soudain senti désespéré au point de mettre fin à ses jours.

Jeudi matin il est sorti pour une promenade d'où il n'est pas revenu. Il a emprunté un sentier qui mène de Puchberg à Hinberg en passant par la Roche Theresa. C'est à la Roche Theresa qu'il s'est assis sur le talus pour accomplir son acte. Il était appuyé le dos contre un rocher et sa main droite tenait encore le revolver. Malgré le fait qu'il tenait l'arme dans la main droite, la balle avait pénétré le crâne du côté gauche au-dessus de l'oreille.

Elle avait traversé la tête et était ressortie par la tempe droite. La mort a dû être instantanée. Il tenait le revolver de la main droite, alors que la balle, etc. Et Arthur Koestler commente: Le tour était difficile en effet; il risquait d'aboutir à un échec répugnant. Il suffit de connaître si peu que ce soit l'anatomie du cerveau pour s'en rendre compte.

En ramenant le bras devant le visage on a beaucoup de mal à contrôler l'angle de l'arme, même devant un miroir. Et pour une erreur d'angle, c'est la cécité ou la paralysie au lieu de la mort. Aucun des amis médecins que j'ai interrogés n'a rencontré de cas semblable. Koestler me semble ici exagérément prudent. Mais justement, que voilà d'excellentes conditions réunies pour maquiller en suicide une élimination politique, avec une vraie balle et une fausse lettre Car tout le monde savait qu'il préparait depuis plusieurs jours son départ pour Moscou et que les Soviétiques comptaient bien utiliser ses travaux pour ôter toute crédibilité à la fixité génétique mendélienne et enlever du même coup toute base scientifique à la doctrine raciste, socle de l'idéologie nazie.

L'enjeu était beaucoup trop important aux yeux d'Hitler pour qu'il n'ordonne pas d'empêcher à tout prix le départ de Kammerer, sans hésiter à l'éliminer physiquement. Seule question en suspens : comment l'exécuteur commit-il l'erreur grossière de ne pas mettre le revolver dans la bonne main? Il jugea que de deux maux il fallait choisir le moindre et pria Wotan que les enquêteurs ne se posent pas trop de questions.

Il fut pleinement exaucé. Il n'est d'ailleurs pas impossible que les policiers autrichiens chargés d'examiner le corps aient été des sympathisants nazis soigneusement chapitrés. Une enquête à ce sujet pourrait certainement être encore entreprise aujourd'hui.

A condition que quelqu'un s'en soucie Dont acte. Pour qui considère, comme moi-même, que tout doit être fait pour que justice soit rendue à tout homme de bien, sans 36 considération du temps écoulé et si tard que cela soit, la réhabilitation de Paul Kammerer doit être un objectif primordial.

Mais ce n'est pas seulement la justice qui réclame ici réparation. C'est aussi le progrès de la science et le destin des hommes.

Car nous assistons aujourd'hui à une dérive extrêmement inquiétante des généticiens et des biologistes, tous plus ou moins enfermés dans le dogme mendélien. C'est à mes yeux de la démence pure, car personne au monde n'est capable de prévoir comment de tels êtres évolueront. Au reste, la plus grande partie de l'opinion publique rejoint mon sentiment, et la méfiance envers les OGM est heureusement générale.

Mais si les gènes ne sont pas immuables? S'ils sont susceptibles, comme l'a établi Paul Kammerer, d'intégrer, par un processus encore inconnu, des informations provenant du comportement adaptatif des êtres vivants, comment réagirontils à l'irruption provoquée dans leur voisinage de gènes porteurs d'expériences existentielles radicalement différentes de celles de leur espèce? Et comment réagiront-ils au nouveau comportement d'organismes modifiés par implantation brutale de gènes étrangers, fussent-ils réputés favorables?

Oui, il est grand temps, il est tout juste temps de réhabiliter Paul Kammerer, de tirer enseignement de ses expériences et de prendre conscience que notre code génétique n'est pas plus immuable que quoi que ce soit d'autre dans la vie.

Au demeurant, par quelle aberration a-t-on pu supposer un instant que les caractères acquis ne pouvaient pas devenir héréditaires, alors que ce postulat bafoue la logique la plus élémentaire et qu'il est démenti par des observations à la portée 37 de tout un chacun? Et comment a-t-on pu se contenter pour cimenter ce dogme absurde des expériences effectuées par Mendel sur les végétaux, si instructives qu'elles aient été par ailleurs, alors que dans les organismes végétaux les cellules sexuelles ne sont pas isolées du reste de l'organisme?

Il est vrai que beaucoup de ces mutations sont défavorables. L'expérimentation, l'essai, la tentative, l'erreur, l'échec, la correction, l'ajustement, l'affinement sont nécessairement inhérents à l'action de tous les vivants, à quelque niveau biologique qu'ils se situent. Finalement, l'hérédité des caractères acquis n'a besoin d'aucune preuve, car elle est du domaine de l'évidence et Darwin, pas plus que Lamarck, ne jugeait l'évolution possible sans elle.

Du domaine de l'évidence? Bien entendu, cette peau est encore plus épaisse chez les individus qui marchent souvent pieds nus, comme par exemple dans les villages de la brousse africaine. Un phénomène comparable se développe avec les callosités des mains qui 38 accomplissent de durs travaux, comme celles des bûcherons ou des terrassiers. Le processus est clair : la peau s'épaissit par adaptation, pour se protéger. C'est typiquement un caractère acquis. Certes, mais comme le fait remarquer Koestler : Si l'épaississement se produisait après la naissance, en conséquence du frottement, il n'y aurait pas de problème.

Mais la peau de la plante est épaissie déjà dans l'embryon qui n'a jamais marché ni pieds nus ni autrement. Phénomènes semblables, plus frappants encore, les callosités des poignets du phacochère, qui s'y appuie pour manger; celles des genoux du chameau; et, plus bizarres encore, les deux grosseurs bulbeuses que l'autruche porte sous l'arrière-train à l'endroit où elle s'assied. Toutes ces callosités apparaissent, comme celles de la peau des pieds, dans l'embryon. Ce sont des caractères acquis.

Est-il concevable qu'elles aient évolué par mutations fortuites exactement à l'endroit où l'animal en aurait besoin? Et s'il est vrai que la fonction crée l'organe, il est non moins vrai qu'elle ne le peut pas créer en une seule génération. Oui, les caractères acquis peuvent se transmettre, et c'est cette transmission, lorsqu'elle se réalise, qui assure le succès, la survie et la prolifération des êtres les plus performants, lorsqu'elle a été complétée par la sélection naturelle.

En conclusion, je dirai qu'aucune doctrine n'explique l'évolution à elle seule et qu'il est absurde de dresser nos grands découvreurs les uns contre les autres, alors qu'en fait ils se complètent.

Il faut compléter Lamarck par Darwin, Darwin par 39 Mendel et tous les trois par Kammerer, à qui, comme Koestler le fit lui-même, je laisserai le mot de la fin : L'évolution n'est pas seulement un beau rêve du siècle dernier, le siècle de Lamarck, de Goethe, de Darwin; l'évolution est vraie, c'est une pure et bonne réalité. Ce n'est pas l'impitoyable sélection qui façonne et perfectionne les mécanismes de la vie; ni la lutte désespérée pour l'existence qui gouverne le monde à elle seule.

C'est bien plutôt l'effort spontané de toute créature qui s'élève vers la lumière et la joie de vivre, n'enterrant que l'inutile dans les cimetières de la sélection. Un oublié? A l'âge de 91 ans, Antoine Béchamp se passionnait encore pour les expériences biologiques qu'il effectuait dans le laboratoire de la Sorbonne mis à sa disposition par son ami le naturaliste Charles Friedel.

Mais peu après il quittait ce monde, sans avoir vu la communauté scientifique reconnaître et utiliser ses découvertes au profit de la santé humaine. Et le 15 avril , donc, un convoi funèbre quittait la rue Vauquelin et se dirigeait vers le cimetière du Montparnasse. Quelques intimes seulement entouraient la famille et rien n'aurait pu indiquer aux badauds qu'ils voyaient passer la dépouille d'un homme exceptionnel. Tout au plus eussent-ils été intrigués par le peloton de soldats dont l'un portait un coussin de médailles où brillaient, parmi plusieurs décorations étrangères, la croix de la Légion d'honneur et celle d'officier de l'Instruction publique.

Mais ils n'auraient certainement pas pu soupçonner le formidable travail qu'avait accompli le défunt.

Lance Pierre - Savants maudits Chercheurs exclus Volume 4

Quelques moments essentiels de sa biographie, reproduits ci-après, me furent confiés par le docteur en pharmacie Marie Nonclercq, sa plus fervente et dynamique disciple auteur de Antoine Béchamp, l'homme et le savant Ed. Maloine : Titulaire du diplôme de pharmacien le 11 août , Antoine Béchamp se marie à Benfeld le 20 août suivant, puis crée en octobre une officine qui existe encore à Strasbourg.

Chercheur né, Béchamp ne peut se contenter d'exploiter ses connaissances acquises; son esprit a besoin de découvrir et d'apporter à la science des vérités techniques. Tout en exerçant sa profession, il accumule des notes et prépare des mémoires pour se présenter au concours d'agrégation, afin de postuler au poste de professeur à l'Ecole de Pharmacie de Strasbourg.